Notre méthode d’intervention

Une démarche transversale  
Du fait de nos compétences pluridisciplinaires, notre équipe développe une approche transversale qui s’appuie sur :

  •  l’accompagnement des acteurs  en favorisant leur capacité à agir, en valorisant leurs compétences et en leur permettant de mener à bien leur projet de façon autonome.
  • la prise en compte de l’environnement : histoire, territoire, contexte socio-économique, ressources, potentialités, atouts et faiblesses
  • l’appui  méthodologique en termes d’élaboration et d’évaluation de projets, d’organisation, de management, de gestion financière, de partenariat et réseau
  • la communication interne et externe, la création d’outils et de médias au service de la structure, du projet, de l’organisation de colloques et séminaires.

Cette démarche mobilise des compétences plurielles  qui permettent de croiser les regards, afin de s’adapter au mieux aux projets et de les appréhender dans  leur globalité

Une prise en compte des territoires
Le développement social est une manière de repenser la cohésion sociale au niveau d’un territoire. Parler de développement social c’est d’abord parler des femmes et des hommes vivant sur un territoire. Les habitants-es héritent d’une histoire, façonnent le paysage, se forgent une identité et délimitent les frontières visibles ou invisibles de leur espace géographique, humain et économique.
Pour nous, la prise en compte du territoire est un préalable à toute intervention, car il est facteur d’identité et détermine l’espace d’interaction des acteurs. A partir de leurs  regards croisés, leurs expertises et leurs perceptions, nous les accompagnons dans l’élaboration de diagnostic partagé, de projet et d’action. Du fait du caractère spécifique des territoires, chacune de nos interventions est  unique.

Une approche intégrée de l’égalité entre les femmes et les hommes 
La théorie du « genre » ou « des rapports sociaux de sexes » distingue le sexe biologique du sexe social, c’est-à-dire des comportements attendus des femmes et des hommes dans la société. Les représentations que chacun se fait des rôles et fonctions des femmes et des hommes dans la société ont de nombreuses incidences sur l’organisation familiale, les choix professionnels, l’implication politique ou associative…
Attentives aux répercussions de ces stéréotypes dans le parcours des personnes, nous veillons au fait qu’être une femme ou un homme ne soit pas un obstacle dans l’implication que chacun-ne désire avoir dans les projets que nous accompagnons.
Aussi, nous encourageons la mixité au niveau du sexe, mais aussi de l’âge, des origines sociales et culturelles dans les domaines :

  • Du recueil et de l’analyse des données
  • De la composition des groupes de travail
  • De la prise de responsabilité et les projets (le social n’est pas réservé aux femmes et l’économique aux hommes !)

Afin de faciliter l’implication et la présence des femmes et des hommes, nous adaptons nos interventions afin de faciliter l’articulation des temps de vie : horaires des réunions, choix des jours pour l’accompagnement…
Par ailleurs, nous disposons d’outils de sensibilisation sur les questions d’égalité des chances entre femmes et hommes et d’articulation des temps de vie familiaux et professionnels. Ces supports permettent d’aborder de manière ludique les thématiques dans la littérature enfance-jeunesse, les jouets, l’éducation, le travail et la gestion du temps.

Une méthode participative
Pour qu’un projet, une action prennent sens, nous impliquons l’ensemble des femmes et des hommes concernés en nous appuyant sur leur capacité d’agir, leurs savoirs et connaissances, leurs potentialités. Cette implication peut prendre diverses formes : comité de pilotage, groupe d’appui au projet, groupes de travail… En fonction des objectifs, moyens, souhaits de notre interlocuteur, nous développons une méthode sur-mesure.
Cette méthode d’intervention  constitue un gage de réussite car elle favorise la mobilisation des acteurs autour du projet, l’information partagée et  la définition commune  des enjeux et des besoins, la confrontation des points de vue,  l’appropriation collective  du projet.

Simone de Beauvoir disait « Le présent n’est pas un passé en puissance, il est le moment du choix et de l’action ». Ce présent appartient aux personnes qui le construisent et ce n’est quant respectant cette posture que naîtront des initiatives porteuses de lien social, d’innovation et de démocratie.